La réalisation du plancher chauffant en rénovation

L’installation du plancher chauffant convient généralement en rénovation et en construction neuve. Il est bon de préciser qu’en rénovation, le mode de chauffage hydraulique présente des travaux plus importants. Quoi qu’il en soit, techniquement et économiquement, ce cas d’installation peut développer des complications et une dépense colossale.
En construction neuve, il est plus facile d’intégrer le plancher chauffant puisqu’il fait déjà partie du plan de construction. Or, en rénovation, on doit adapter l’installation avec l’édifice présent. Ce qui explique la survenue des problèmes.
L’encadrement professionnel garantit une étude bien élaborée. Cela vous aidera à faire un meilleur choix de ce qui vous convient.

???????????????????????????????

Les questions qui se posent :

Avant d’entamer une installation de plancher chauffant en rénovation, le consommateur intéressé avec  le technicien expert doivent s’interroger sur ce que le premier veut exactement.
En fonction des réponses obtenues, on définit les alternatives de la réalisation du plancher chauffant. À partir de ces questions aussi, on détermine quel système convient le mieux au bâti existant : un mode électrique ou un mode hydraulique.

Voici les précieuses questions à poser :

–        Voulez-vous installer le plancher chauffant pour toutes les pièces de la maison ou seulement pour une pièce ?
–        S’agit-il d’une réhabilitation complète ou d’une amélioration partielle d’une installation existante ?
–        Quel est votre budget ? Voulez-vous une installation rapide ou un investissement sur le long terme ?
–        Le local est-il vide ou habité ?
–        Où effectuer l’installation : au rez-de-chaussée de plain-pied, sur cave ou en étage ?

Comment décider sur le meilleur choix ?

Les questions ci-dessus constituent une piste pour le bon choix. Mais encore, il faudra passer quelques étapes notamment :
–        effectuer une étude complète sur l’état des lieux
–        réaliser un bilan thermique
–        calculer l’épaisseur adéquate du plancher chauffant
–        conclure entre plancher chauffant électrique ou hydraulique.
Une comparaison des devis est opportune. Pour chaque type de plancher chauffant et pour chaque entreprise conceptrice de plancher chauffant, des garanties sont offertes. Vaut mieux comparer toutes les propositions pour bien choisir la meilleure offre étant donné que la réalisation et l’utilisation de plancher chauffant, c’est une question de temps.

Rappel sur le plancher chauffant hydraulique :

·         L’installation :

L’installation d’un plancher chauffant à eau est plus complexe et plus longue à réaliser. À part la pose de l’isolant et du plancher chauffant, on doit en plus passer à un recouvrement du système grâce à une chape ou une dalle d’enrobage. Pour cela, on emploie du béton, le plus souvent d’une forte inertie et d’un poids élevé.
L’impact de cette structure est remarqué lors de la diffusion de la chaleur à travers la surface superficielle du sol plancher. L’épaisseur du système (isolant + plancher chauffant + revêtement de sol) peut atteindre 15 cm. Cela dit, en rénovation, il faut rehausser le sol par faute de hauteur de réservation. Ce qui peut perturber la fermeture et l’ouverture des portes, l’utilisation des prises électriques et les objets fixés au sol, ainsi que la présence d’escalier.

·         Coût d’investissement et coût d’exploitation :

Ce système à eau est plus économique en termes d’énergie vu qu’on peut le coupler à une autre source d’énergie comme une pompe à chaleur ou une chaudière. De même, le coût d’exploitation est réduit étant donné que l’élément chauffant est constitué par de l’eau chauffée à basse température même.

·         Autres importunités :

Le raccordement se fait entre la chaufferie et les collecteurs. La réalisation de ces liaisons hydrauliques peut être un labyrinthe parfois. L’intervention des techniciens experts s’avère très utile.
En rénovation, l’installation du plancher chauffant avec la plomberie peut fournir des salissures importantes pour le logement. En plus, si la maison est habitée, il est une obligation de faire un petit déménagement pour ne pas importuner la réalisation complète du plancher. Il faut attendre à peu près un mois ou encore plus pour pouvoir y revenir.

Le plancher chauffant électrique en rénovation :

·         L’installation :

En principe, la réalisation d’un plancher chauffant fonctionnant à l’électricité ne demande pas beaucoup de temps. Elle est plus rapide et plus simple. Le système ne requiert pas une couche d’enrobage humide, mais toujours en solution sèche. Cela implique l’absence d’une longue attente avant la réutilisation de la pièce concernée. Pour un logement déjà habité, le procédé n’est en aucun cas salissant.
Comme l’élément chauffant est constitué par des câbles électriques, le raccordement est réalisé par un branchement direct sur circuit électrique avec une possibilité de régulation de la température très évidente et efficace.

·         Coûts d’investissement et d’exploitation :

Le coût d’investissement est moins onéreux. Cependant, le prix d’exploitation peut grimper au plafond à cause de l’usage de l’électricité. C’est pourquoi il faut maîtriser la consommation en coupant l’alimentation en cas d’absence par exemple. Le thermostat piloté par des programmations peut bien rendre service.
Sinon, l’isolation du système et de la maison doit être parfaite pour éviter la déperdition de chaleur. Il existe également des tarifs qui permettent un rabais pendant les heures creuses.

·         Le cas du plancher chauffant Euroradiant :

Pour concrétiser ces informations, prenons l’exemple du plancher rayonnant fabriqué par Euroradiant. En savoir plus.

Il a été conçu pour faciliter la tâche. Une demi-journée suffit pour finir l’installation dans une pièce de 30 m². En matière de dépense d’énergie, 10 minutes de chauffage correspondent à une heure d’utilisation.
Il est le plus adapté en rénovation. On le recommande surtout, c’est pourquoi il bénéficie de crédits d’impôts et des prêts à taux zéro.
La différence entre les modes de chauffage électrique et à eau est flagrante. En tout cas, ces deux types de chauffage présentent une double face dont les inconvénients et les atouts. Le système hydraulique est plus conseillé en construction neuve puisqu’en rénovation, les travaux d’installation semblent plus lourds. En rénovation, le système électrique reste en première place. Toutefois, le plancher chauffant hydraulique peut être compatible également à la rénovation, tout comme le plancher chauffant électrique correspond en construction neuve. Le choix reste une question d’économie et de temps.

Cet article La réalisation du plancher chauffant en rénovation est apparu en premier sur EuroRadiant.

Publicités

L’essentiel sur le parquet plancher chauffant

10Les dernières étapes successives qui terminent la réalisation du plancher chauffant sont :
–        la pose du plancher chauffant
–        le recouvrement ou l’enrobage par une chape sèche ou une chape humide
–        l’installation du revêtement de sol.
D’ailleurs, notre sujet se focalisera sur le revêtement de sol. Il existe un large choix de revêtement de sol :
–        le carrelage
–        le bois
–        le béton ciré
–        les pierres naturelles
–        le parquet
–        etc.
Si votre choix est orienté vers le parquet, vous devrez savoir quelques points essentiels.

 

parquet-plancher-chauffant

Les avantages du parquet plancher chauffant :

Le parquet est un produit naturel avec un aspect chaleureux. D’ailleurs, il existe de nombreux choix, juste concernant le parquet.
La durée de vie d’un parquet est assez longue. Même avec le temps, vous pouvez toujours avoir un parquet neuf et brillant vu que celui-ci peut être poncé et rénové selon vos grés.
Il peut également être utilisé pour revêtir le plancher chauffant rayonnant. L’exemple : l’entreprise européenne Euroradiant opte pour la pose collée. En savoir plus.

Le parquet doit toucher directement le plancher chauffant. Cette disposition évite la formation d’une éventuelle couche d’air. En plus, le parquet empêche aussi la diffusion de la poussière dans l’air.
Dans le cas d’un mode de chauffage réversible, les parquets flottants constituent la meilleure option de revêtement.

Les inconvénients du parquet comme revêtement du sol chauffant :

Le bois est la principale matière pour la conception des parquets. Le problème, c’est que le bois est plus ou moins un excellent isolant. Cette caractéristique entraîne un ralentissement de la transmission de chaleur.
Le parquet requiert un entretien régulier. Sans entretien, il s’altère facilement. À savoir, il faut éviter l’eau et l’humidité. Une lumière intense peut également détériorer sa couleur. En outre, l’air très sec peut fendiller aussi les lattes. À cet effet, les salles de bains et la buanderie ne sont pas compatibles au parquet chauffant.
Le coût d’un revêtement par le parquet peut être onéreux vu que c’est un produit authentique et noble. Cela n’empêche que la plupart des consommateurs choisissent le parquet.
Il se peut que le parquet se dilate d’où la nécessité de poser des joints de dilatation.

Recommandations pour le parquet plancher chauffant :

Quelques consignes doivent être suivies pour rendre le parquet plancher chauffant plus efficace. Comme il peut freiner la diffusion de la chaleur, il est recommandé de ne pas dépasser une certaine épaisseur. La plus grande valeur approuvable est égale à 15 mm. Cette valeur correspond à une pose collée. Pour les lames plus sensibles, il ne faut pas excéder 120 mm d’épaisseur.
Le mode de pose flottante avec un parquet est à déconseiller. Toutefois, on peut l’adopter si un technicien professionnel expert le suggère. En réalité, une pose flottante a besoin d’une sous-couche résiliente. Or celle-ci n’est pas compatible à la conception du plancher chauffant.
Le parquet plancher chauffant n’est pas un revêtement idéal pour le type chauffant-rafraîchissant ou réversible. Les importants changements de climat présentent un  risque. Les parquets sont assujettis d’altération.

Les questions à se poser avant le choix du parquet pour le plancher chauffant :

Il existe certaines prescriptions à suivre lors du choix du revêtement de sol en parquet. Pour pouvoir les respecter, ces questions qui suivent sont utiles.
–        Le parquet est-il compatible au type de plancher chauffant de votre choix ?
–        Le parquet permet-il de respecter la température superficielle régie par la réglementation thermique ? Cette température ne doit pas passer au-delà de 28°C.
–        Quelle est l’épaisseur de la chape d’un plancher chauffant lors de l’enrobage ? Au minimum, elle est égale à 30 mm.
–        Le support est-il plan et parfaitement horizontal ? Sinon, il faut procéder à une correction.
–        Combien de temps faut-il attendre pour pouvoir passer à la pose du parquet ?
–        Combien de temps faut-il attendre pour remettre le chauffage ?

La mise en place du parquet plancher chauffant :

Par rapport à la pose du carrelage, la pose du parquet est relativement plus simple. Elle ne comporte que de quelques étapes qu’il faut respecter soigneusement. À savoir :
–        Le moment exact pour procéder à la mise en œuvre du parquet est autour de deux à trois semaines après la mise en chauffe du local. Ainsi, les circonstances sont idéales pour accueillir le parquet.
–        Dans le but d’acclimater le parquet, il est utile de le placer dans la pièce où la mise en chauffe se déroule. Cette opération est réalisée durant la dernière semaine de chauffe.
–        On stoppe le chauffage deux jours avant la pose du parquet.
–        On reprend le chauffage après sept jours à compter du jour où l’on a fini de poser le revêtement.
Ces délais aident à stabiliser les colles appliquées au parquet. Il en est de même pour les parquets contrecollés et aux stratifiés. Avec un plancher chauffant, la pose d’un parquet traditionnel est strictement rejetée. Il n’est pas conciliable à un sol chauffant. Un parquet traditionnel présente une forte épaisseur à cause des lambourdes. Cette ancienne installation fait créer une couche d’air suscitée à partir d’un vide entre la chape de recouvrement et les lames de bois. Cet air est néfaste pour la diffusion de la chaleur par rayonnement.

Autres points essentiels :

En effet, pour qu’un parquet et le sol chauffant soient compatibles, il faut tenir compte de certaines règles. À part celles qui sont déjà citées ci-dessous, il faut aussi mentionner :
–        La catégorie du bois puisque l’essence de celui-ci est importante. Les bois du même type que le chêne et le bambou sont les meilleurs. Le hêtre ou l’érable possèdent de trop denses essences, il vaut mieux les éviter.
–        Opter pour le parquet multicouche notamment le genre contre-collé ou stratifié au lieu du parquet massif.
–        C’est cent fois mieux de confier le travail d’installation à un professionnel. Une installation encadrée par des experts est garantie au sens propre qu’au sens figuré. De cette manière, il est sûr que toutes les règles en vigueur sont appliquées à la lettre.

Cet article L’essentiel sur le parquet plancher chauffant est apparu en premier sur EuroRadiant.

Le stratifié plancher chauffant

Le stratifié est différent du parquet. Le parquet est obtenu à partir du bois d’où son nom bois massif. Alors que le stratifié n’a pas le moindre petit bois dans sa composition et sa couche d’usure est inférieure à 2,5 mm contrairement à un parquet pour plancher chauffant.
À dire vrai, le stratifié est un revêtement multicouche mince. Son épaisseur est de l’ordre de 6 à 10 mm. Il est constitué d’un film décor et d’une âme qui sert de support pour le film. L’ensemble forme une apparence fine. C’est la feuille de décor qui imite l’aspect des bois.
Une pellicule à base de résine synthétique préserve le décor. Le tout donne une couche d’usure. Par contre, concernant le support, sa nature varie. On distingue le support conçu en panneau de particules ou en fibre. Le support fait de fibre peut avoir une densité moyenne (MDF) ou haute (HDF).
Pour que le revêtement ait une grande stabilité, une feuille de contre-balancement appelée aussi un contreparement entre en jeu. La feuille est fixée sur la sous-face de l’ensemble.

 

image-stratifie-plancher-chauffant

Les poses convenables pour le stratifié plancher chauffant :

·         Avec un plancher chauffant hydraulique :

La pose collée est la plus recommandée. Même si le stratifié de la pose d’un plancher chauffant hydraulique fonctionne à basse température, le mode rafraîchissant ne le convient point.
On doit toujours fournir l’aptitude exacte du plancher chauffant-rafraîchissant ou réversible.

·         Avec un plancher chauffant électrique :

La pose collée ne convient pas au stratifié. L’aptitude au plancher chauffant réversible doit être précisée. Toutefois, une nouvelle version de stratifiés est en vogue actuellement. Il est accompagné d’une couche acoustique intégrée dont l’épaisseur varie de 1 à 2,5 mm. En pose flottante, une sous-couche résiliente est indispensable. La couche acoustique intégrée peut très bien prendre le rôle de la sous-couche résiliente dans le cas de la pose flottante.

Les avantages du stratifié plancher chauffant :

Le stratifié figure parmi tous les types de revêtement de sol les plus adoptés. Ce choix est justifié par les atouts qu’il offre. Parmi ces avantages, on reconnaît que :
–        Sa mise en œuvre est facile: la pose des lames est simple et rapide. Elle n’a pas besoin de bon nombre de protocoles. La pose flottante reste la plus adaptée pour le stratifié.
–        Avec le stratifié, il existe une possibilité d’avoir de nombreux aspects. Il peut imiter tous les bois ainsi que les apparences des carrelages, des ardoises, des pierres naturelles, etc. Cette reproduction de divers aspects constitue un art idéal pour le décor du plancher.
–        Il contribue à une meilleure esthétique à coût moindre par rapport aux autres revêtements. Les motifs et les finitions de la surface sont sculptés avec délicatesse. On peut même choisir entre les surfaces lisses et les surfaces en relief.
–        Son entretien est également facile. Il ne requiert pas de grand soin.

Les limites du stratifié sur le plancher chauffant :

Quoique le stratifié soit très choisi pour le sol ou pour le plancher chauffant, il peut présenter quelques inconvénients :
–        La composition du stratifié lui confère des faiblesses. Les composés de résines et de fibres rendent le stratifié moins solide, instable et surtout moins isolant.
–        Sa longévité est plus courte puisque sa robustesse est limitée par rapport au parquet massif. Il devient plus susceptible à l’usure.
–        Le stratifié ne convient pas à toutes les pièces de la maison. On le proscrit dans les pièces où l’humidité est abondante comme dans les salles de bains, la cuisine. De même, on le préfère poser dans la chambre à coucher puisque dans les pièces à fort passage, les va-et-vient et les chaussures à talons peuvent bien les abîmer.
–        Comme le stratifié ne possède pas assez de couche d’usure, on ne peut pas le rénover avec le ponçage. S’il présente d’usure, on n’a pas le choix que de le changer complètement.

–        Même s’il peut imiter tous les autres bois, il n’a pas l’élégance des bois nobles.

La pose stratifié plancher chauffant :

Avant de poser le stratifié final, on doit vérifier la continuité électrique du plancher chauffant. On doit être sure qu’il n’y a pas eu un incident et que le fil n’est pas coupé quelque part ou que le conducteur a été endommagé.
Pour la pose du stratifié, on doit procéder en deux étapes :
·         La pose de la sous couche du stratifié. Elle doit être compatible au meilleur plancher chauffant électrique. Elle joue deux rôles différents. La sous couche permet une isolation phonique, car elle a une propriété anti bruit. Elle joue également le rôle de pare vapeur c’est-à-dire, elle rend l’installation totalement étanche. En effet, l’eau est l’ennemie numéro un du parquet stratifié. En cas d’infiltration accidentelle d’eau, la sous couche empêche l’eau d’atteindre l’élément chauffant du plancher.
Il suffit de dérouler la sous couche en assurant une continuité entre tous les fragments de la couche. Mais avant de passer au déroulement de la sous couche, il est nécessaire de vérifier l’hygronométrie de la pièce et surtout de la dalle si précédemment, on a opté pour une chape humide.
·         La pose du stratifié : elle est plus simple à réaliser. Sur le plancher chauffant, la pose est la même qu’avec un simple sol. On suit toujours la pose traditionnelle. La procédure est la suivante :
–        une vérification s’impose toujours. Cela consiste à confirmer la compatibilité du plancher chauffant avec le revêtement de sol choisi.
–        on présente la lame sur la première rangée
–        on n’oublie pas de mettre des cales pour que l’installation s’aligne facilement.
–        Il faut également prévoir une petite espace de réserve pour les joints périphériques. En moyenne, on doit laisser 8 à 10 mm.
–        L’enchaînement des autres lames se fait par emboîtement automatique.
–        au bout de la lame, on tasse un peu pour que les lames s’emboîtent correctement entre elles
–        on aligne les lames avec un tir à lame.

Si vous cherchez le meilleur plancher chauffant qui soit, sachez qu’Euroradiant vous fournit un produit performant qui sera sûrement à la hauteur de vos besoins. N’hésitez pas à visiter le site Euroradiant.

Cet article Le stratifié plancher chauffant est apparu en premier sur EuroRadiant.

Choisir le meilleur revêtement du sol pour le plancher chauffant

La pose du revêtement de sol est l’étape finale de la réalisation du sol chauffant. Le choix du revêtement est extrêmement large. On peut choisir le parquet, le stratifié, le carrelage, mais il y a aussi le lino, la moquette, le vinyle et d’autres encore.
Le critère de la sélection est simple. Il suffit tout simplement que le revêtement soit compatible. En général, le carrelage et le bois sont les plus utilisés pour couvrir le plancher chauffant. Cependant, pour les revêtements caoutchouc, linoleum, textile ou vinylique, dits revêtements de sol souple, il faut tenir compte de quelques points vu qu’ils ne conviennent pas tous au plancher chauffant.

 

image-revêtement-du-sol-pour-le-plancher-chauffant

Le lino plancher chauffant :

·         Les caractéristiques du lino :

Le linoléum est un matériau souple qui est compatible avec le plancher chauffant électrique si on ne néglige pas la colle qui sert beaucoup pour sa pose. Il a comme caractéristique technique un matériau obtenu à base de fibre, de sciure de liège et de l’huile de lin. Autrement dit, il est d’origine naturelle. La mise en chauffe du plancher est suspendue pendant 2 jours successifs avant la pose du lino. 48 heures après la pose, on peut remettre le chauffage du plancher. C’est d’ailleurs une obligation qui garantit le bon fonctionnement du plancher chauffant.
Il est également résistant à l’usure. Ce qui fait qu’il peut durer pendant une longue vie.

·         Les avantages et les inconvénients :

L’avantage du lino est qu’il possède une résistance à l’usure et aux agents chimiques et autres agents agressifs. Lorsqu’on utilise le lino pour habiller le sol, on constate une assez forte odeur. D’ailleurs, c’est le problème majeur de ce type de revêtement. Certes, désagréable toutefois, il n’est pas nocif pour la santé. Cette odeur gênante se dissimule avec le temps.
Le linoléum est une toile de jute imperméable. Il est à la fois écologique et antibactérien ainsi qu’antistatique. Si vous désirez décorer votre plancher chauffant, le lino est la meilleure solution. Il permet de jouer sur plusieurs motifs et couleurs à votre sol en un rien de temps. Avec cette matière, on peut imiter tous les autres types de revêtements de sol : parquet, carrelage, pierres naturelles,
Sa pose est facile, mais également très rapide. On n’a besoin que d’un scotch double-face. De même, son entretien est simple, un coup de serpillière et tout est propre.

De la moquette comme revêtement plancher chauffant :

·         La compatibilité avec le plancher chauffant :

On reconnaît que la moquette offre un confort incontestable, du fait qu’elle possède une certaine douceur et est moelleuse. Pour un plancher chauffant, la moquette n’est pas très recommandée. Sous l’avis d’un technicien expert, on peut l’utiliser comme revêtement du sol chauffant même si elle n’est pas vraiment le parfait modèle.

·         Les différentes sortes de moquettes :

Il existe quatre types de moquettes :
–        les moquettes en laine
–        les moquettes en fibre naturelle
–        les moquettes synthétiques
–        les moquettes spéciales.
Les moquettes sont faciles à poser. Souvent, son installation est rendue encore plus facile si la dalle qui va l’accueillir est une dalle sèche pour plancher chauffant et une dalle spéciale moquette.

·         Les principaux défauts de la moquette :

Elle figure parmi les matériaux les mieux isolants. À cet effet, elle peut freiner la diffusion de la chaleur. Ce qui est contre le principe du plancher chauffant. Néanmoins, on évite les moquettes dont l’épaisseur est très importante. On préfère celles qui sont moins épaisses.
La colle utilisée pour la pose de la moquette présente une nocuité envers la santé. Cet effet secondaire est dû à l’émission de composés organiques volatils. Un phénomène favorisé par la chaleur produite par le sol chauffant. La pose collée n’est pas vraiment appropriée. En plus, le décollage peut bien se produire.
En ce qui concerne le dossier ou l’envers de la moquette, le type mousse est à éviter. Les dossiers mousses ne sont pas toujours de bonne qualité.
Par rapport à un revêtement de sol dur, elle est moins, résistante mais par contre, moins onéreuse. Le plus pénible, elle est difficile à nettoyer. Les taches, les poils d’animaux sont ses premiers ennemis. C’est pourquoi, on la déconseille aux personnes qui sont susceptibles aux acariens.

Le vinyle pour couverture final du plancher chauffant :

·         Les caractéristiques techniques du vinyle :

C’est un revêtement de sol souple fabriqué à partir de la pétrochimie. À vrai dire, c’est du plastique qui résiste très bien à l’eau. Les conditions de sa mise en œuvre semblent simples. Il ne faut que deux jours d’arrêt de chauffage avant de passer à la pose du vinyle et deux jours après, on peut remettre en marche le chauffage.

·         Les imperfections du revêtement vinylique :

Ce type de revêtement de sol ne convient pas au plancher chauffant à l’eau chaude même si parfois, on dit qu’il est parmi les revêtements compatibles au plancher chauffant à l’eau chaude. Un de ses points faibles est sa fragilité envers la chaleur. Par l’action de la chaleur même, il peut produire des vapeurs relativement nocives. Ce n’est pas vraiment étonnant vu que c’est un produit du domaine de la pétrochimie.

·         Les avantages du vinyle :

Les consommateurs optent pour le vinyle comme revêtement du sol à cause des atouts qu’il offre. Cette matière permet un choix illimité concernant le design. Le vinyle englobe des décors classiques et contemporains avec une possibilité de reproduire l’effet bois, métal, pierre, etc. Tous les imprimés sont possibles tels le carrelage, le damassé, etc.
Comme il résiste à l’eau, il convient pour les salles de bains et les cuisines. Et il est facile à entretenir et à nettoyer : un coup de balai et d’aspirateur régulier suffit. Même les taches peuvent être effacées.
Parmi tous les revêtements de sol, il est le moins cher vu que c’est du simple plastique et il convient aux travaux de rénovation et de constructions neuves. Ces atouts ne suffisent pas pour qu’il soit homologué. Parmi  ces matériaux souples cités, seul le lino est compatible au plancher chauffant aux yeux des prescripteurs.

Quoi qu’il en soit, sachez que le type de plancher chauffant que vous choisissez est tout aussi important que le revêtement du sol. Optez pour le plancher chauffant Euradiant pour un confort incontestable et un bien être absolu. En savoir plus.

Cet article Choisir le meilleur revêtement du sol pour le plancher chauffant est apparu en premier sur EuroRadiant.

Choisir la plinthe chauffante pour chauffer son chez-soi

Il existe plusieurs méthodes de chauffage pour les pièces de la maison : sol chauffant, plafond chauffant et plinthe chauffante. Chacune a ses limites et ses atouts. La plus pratique parmi toutes reste la plinthe chauffante. L’installation d’un plancher chauffant requiert un déplacement total de tous les meubles et de toutes les fournitures du logement occupé. De même pour un plafond chauffant. Cela constitue un désagrément parfois.
Pour éviter cette contrariété, les experts ont trouvé un autre moyen de se chauffer confortablement sans passer à des procédures difficiles et pénibles. L’installation de la plinthe chauffante est à la fois plus facile et plus rapide.

image-plinthe-chauffante

 

Une installation simple et rentable :

La plinthe chauffante fonctionne à basse température. Elle présente une large surface de diffusion. Ce système de chauffage marche soit à l’électricité soit à eau. La pose de la plinthe chauffante est simple et ne demande pas trop de temps par rapport à un plancher chauffant ou à un plafond chauffant. Du coût, le prix d’installation est considérablement bas comme le coût d’une installation d’un plancher chauffant. Comparée au système de chauffage ordinaire, elle ne représente que seulement la moitié de la dépense déboursée pour la réalisation et à l’usage.
Une plinthe chauffante n’occupe qu’un petit espace. En moyenne, les dimensions nécessaires pour une pose sont d’une hauteur de 15 cm et d’une épaisseur de 3 cm. Elle est peu encombrante, ce qui vous permet d’arranger et de disposer vos meubles selon votre guise.

Composition de la plinthe chauffante :

Elle ne se compose que quelques composants essentiels. On distingue un socle ou dosseret. Ce dernier comporte des tubes en cuivre au nombre de deux. Le système possède aussi des résistances électriques intégrées aux tubes. De l’eau chaude va circuler dans le réseau de tubes dans les deux sens : arrivée et retour.
Les tubes en cuivres jouent le rôle de diffuseur de chaleur. Cette émission calorifique se produit entre les tubes et de multiples ailettes faites en alliage antistatique et hautement conducteur. L’installation est également composée de récepteur radio intégrale.

Comment ça marche ?

La température au niveau des tubes est égale à 40°C. Le trajet de la chaleur diffusée part du bas vers le haut. Une sorte de rideau thermique se forme pour chauffer la pièce entière.
Le bas du mur stocke la chaleur grâce à l’inertie puis la diffuse par rayonnement sur toute la surface entière. Une fente se trouve sur le dessus de la plinthe. Cette fente sert de sortie de l’air chaud et optimise en même temps le déplacement ascendant de la chaleur.
En parallèle, une diffusion par convection permet de refroidir une part de l’air chaud ascendant. Cela est nécessaire pour éviter que des poches d’air chaud se forment sur le plafond.

Quels sont les avantages de la plinthe chauffante ?

Le système plinthe chauffante offre plusieurs atouts dont le principal objectif est d’offrir le maximal de confort. Avec ce mode de chauffage :
–        on bénéficie d’une température uniforme dans tout l’espace de la pièce à chauffer.
–        l’humidité relative de la pièce est conservée entre 50 et 60 % si la plinthe fonctionne avec de l’eau. Dans le cas où elle est alimentée électriquement, il faut parfois se munir d’un humidificateur pour maintenir une telle hygrométrie.
–        on assiste à aucun risque de condensation sur les murs ni de poussière en suspension dans l’air.
–        la chaleur émise ne risque pas d’abîmer les meubles ou les éventuels appareils et équipements qui se situent près de la plinthe.
–        comparée avec d’autres émetteurs conventionnels, on a une possibilité de faire une économie d’énergie entre 25 et 30 % de différence.
–        L’installation ne nécessite qu’un ou deux murs. Par contre, il est préférable d’installer la plinthe chauffante en dessous des parois froides telles les baies vitrées ou les murs donnant sur l’extérieur, etc.

Une installation discrète :

La plinthe chauffante est totalement discrète. Toutes les pièces sont compatibles et conviennent parfaitement à une installation de ce système. Elle peut se poser soit sur la place des plinthes ordinaires soit en demi-encastrée. Des modules vides, dépourvus de tout élément chauffant peuvent servir comme un trait d’union entre la plinthe chauffante et les autres parois. Cela permet une continuité visuelle de l’installation.
La plinthe chauffante est également très esthétique. Des choix existent pour le décor de votre maison et surtout de votre plinthe. On peut opter pour des façades thermolaquées de teintes standards ou embellir la finition en imitant le bois ou en choisissant l’aspect carrelage.
Si vous voulez monter des prises de courant, des prises audio/vidéo, des prises pour l’informatique ou encore des spots et autres éclairages décoratifs ou même des balises ou des veilleuses, rien n’est impossible. La façade de la plinthe peut tout supporter si aucune réservation préalable n’est prévue.
Il faut tout de même remarquer que c’est une solution de chauffage recommandée pour les habitations de grands volumes, aux vérandas et aux architectures dont la hauteur sous plafond est très importante. En rénovation, c’est le moyen le plus idéal pour chauffer l’atmosphère.
Certes, elle est très pratique et économique, mais peut ne pas être très sure que d’autre système tel le plancher rayonnant Euroradiant.

Pourquoi le plancher rayonnant électrique Euroradiant reste-il le plus fiable ?

D’abord, à l’achat, il est moins cher comme à l’usage. Ce PRE est éligible au crédit d’impôt et aux prêts à taux zéro. Il est plus économique que d’autres systèmes. Le système Euroradiant a été conçu pour remplir toutes les conditions relatives aux normes et aux réglementations thermiques notamment le respect de la température de la chaleur émise qui doit être aux environs de celle du corps. Elle ne doit pas dépasser 28°C. C’est pourquoi, il constitue la solution la plus efficace qui respecte l’environnement et surtout ne cause aucun effet néfaste à la santé humaine : ne provoque pas de problème de circulation ni d’étourdissement, etc.
Entre deux meilleurs, il faut choisir celui qui présente le plus d’avantages comme le plancher chauffant rayonnant Euroradiant ou le plancher chauffant electrique Euroradiant. Cliquez ici

Cet article Choisir la plinthe chauffante pour chauffer son chez-soi est apparu en premier sur EuroRadiant.

Se chauffer à partir du plafond chauffant

Le mode de chauffage le plus courant est le chauffage par le sol. Toutefois, le plancher chauffant peut présenter des complications et des désagréments, qu’il n’est pas toujours facile d’obtenir le confort. Parfois, le sol chauffant est inconcevable pour les travaux en rénovation.
Désormais, il existe une autre alternative pour se chauffer convenable chez soi : le plafond chauffant. Ce mode de chauffage est un système facile à mettre en œuvre et fonctionne par diffusion de chaleur rayonnante.

 

plafond-chauffant

Une chaleur uniforme :

Le chauffage par le plafond émet une chaleur homogène presque naturelle semblable à la chaleur diffusée par le plancher électrique chauffant. La diffusion de la chaleur par un plafond chauffant se fait en majorité, par rayonnement soit  80 % et par convection, soit 20 % de la chaleur.
Pour déterminer la température de confort ou la température résultante procurée par un plafond chauffant, on utilise la formule :

Tr = (T° parois + T° air) : 2

L’épaisseur du plafond chauffant :

Le plafond chauffant doit avoir en moyenne une épaisseur de 10 cm. Cette valeur n’est pas fixe. Les risques d’inconfort peuvent se produire, si le plafond chauffant est encombrant. Pour avoir un maximum de confort, la hauteur sous plafond doit être au moins 2,40 m.
Cette hauteur entre la sous-face et le sol rend la pièce indifférente par rapport aux différents équipements et meubles. Le plafond chauffant est particulièrement installé dans les logements collectifs et rarement dans les maisons individuelles. Il est applicable en rénovation des grands chantiers et en construction neuve.

Si vous êtes particulier :

Pour les particuliers, en maison individuelle, sachez que le plafond chauffant présente des avantages et des inconvénients.

·         Les avantages :

Le chauffage par le plafond est un système hautement réactif. Il suffit juste un peu de temps pour faire monter la température. Dans la circonstance où il s’agit d’un projet de réhabilitation, le concepteur du plafond chauffant doit insérer des faux plafonds. L’installation devient légèrement onéreuse et plus rentable.

·         L’inconvénient :

Le principal défaut du plafond chauffant reste le coût d’installation. Par rapport au système de chauffage par le sol, le coût de l’installation pour un mètre carré du système plafond est plus cher.

Choisir entre un plafond chauffant électrique et un plafond chauffant hydraulique :

Comme avec le plancher chauffant à l’eau, le chauffage par le plafond peut aussi être alimenté soit électriquement soit à eau.

·         Plafond rayonnant électrique :

Il existe deux types de ce plafond chauffant : le plafond rayonnant modulaire et le plafond rayonnant plâtre. Selon la réglementation, leur résistance thermique doit être égale ou supérieure à 1 m².K/W.
Leur fonctionnement obéit la loi du « tout ou rien ». Mais ils peuvent marcher également par régulation électronique. Cette option permet un réglage programmable avec une large fourchette. La température de réglage minimale est de 5°C et celle maximale est de 30°C.

·         Plafond chauffant à eau:

Le mode hydraulique signifie plafond rafraîchissant. Il est régi par la réglementation thermique en vigueur. Les règles RT 2012 dictent les consignes et instructions pour les futures installations.
Comme le plancher hydraulique, le plafond chauffant à eau est formé par un réseau de tubes dans lesquels l’eau circule en circuit fermé. Souvent, il est alimenté par une pompe à chaleur , comme le système d’un plancher chauffant par une pompe à chaleur. Il convient à tout type de construction qu’il soit moderne ou ancien.<

Le plafond rayonnant modulaire ou PRM :

Ce système de chauffage est formé par des modules standardisés. Ces modules sont présentés sous forme de feuilles très minces dont les dimensions sont variables. Les modules de feuilles intègrent une résistance électrique avec une puissance unitaire de 60 à 125 W.
L’isolation du PRM est faite à base de laine minérale. Sur le plafond d’origine, une charpente métallique est accrochée pour tenir les modules.
Pour assurer le raccordement des modules, des connecteurs spécifiques sont mis en jeu. Plus précisément, un câble isolé se trouve sur les modules, ce câble est raccordé à l’aide des connecteurs qui possèdent une intensité de 2,5 A et une tension de 250 V. L’ensemble relié est camouflé par un parement décoratif assez rigide. Parfois, on le dissimule aussi par une sorte de plafond tendu.
La température moyenne de la surface du plafond est de 40°C.

Le plafond rayonnant plâtre ou PRP :

Le principe de fonctionnement du PRP est assuré par des panneaux autoporteurs intégrant un film chauffant collé en usine. Ces panneaux sont formés par une couche de laine minérale.
Les panneaux isolants forment une couche de 4 à 5 cm. Ils sont fixés sur des rails d’ossature ; le tout suspendu au plafond existant. Pour rendre l’installation plus étanche, des panneaux neutres viennent renforcer l’isolation. Le format ordinaire des panneaux chauffants est de l’ordre de 60×120 cm. Chaque panneau a une puissante de 27 à 88 W. En ce qui concerne les plaques de plâtre, les formats les plus courants sont 120 × 240 cm ou 120 × 300 cm, avec une résistance égale à 0,03 m².K/W.
Le raccordement du système chauffant au réseau d’alimentation électrique est assuré par une ligne spécialisée. En même temps, on monte et raccorde les appareils de régulation et de programmation.
La structure et les caractéristiques de l’installation sont faites pour être compatibles avec des plaques de plâtres fibrées. En fonction continue, la température moyenne de surface est environ 35°C.

Le plafond chauffant réversible :

L’installation est toujours précédée d’une étude thermique et de dimensionnement. Les travaux sont encadrés par une entreprise spécialiste. Les tubes intégrés dans les plaques métalliques diffusent la chaleur. On relie la pompe à chaleur avec un ensemble répartiteur rattaché à chacune des boucles.

L’isolation consiste à superposer des panneaux de laine de verre et des plaques réflectrices. Cela évite les déperditions calorifiques. Si l’on procède à une rénovation d’une ancienne maison alors il faut réviser et fortifier l’isolation.

La régulation de la température est aux dépens des températures du fluide, du local, de l’extérieur, mais également, elle est tributaire de l’humidité relative.

Côté habillage, plusieurs manières peuvent être effectuées : enduit au plâtre, plafond résille, plafond suspendu en plaques de plâtre ou encore plafond suspendu modulaire.

Quoi qu’il en soit, l’installation d’un plafond chauffant peut être complexe. Ce nous recommandons pour votre système de chauffage est le produit Euroradiant qui est un plancher chauffant rayonnant. Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Cet article Se chauffer à partir du plafond chauffant est apparu en premier sur EuroRadiant.

Crédit d’impôt plancher chauffant

Le plancher chauffant en tant que plancher chauffant lui-même ne bénéficie pas de crédit d’impôt. Seuls quelques éléments pour le raccordement et pour la régulation peuvent en profiter. Le crédit d’impôt est destiné pour pousser indirectement les habitants à participer à l’amélioration énergétique des logements.
Peu importe le titre : propriétaire ou locataire ou tout simplement occupant d’une maison à titre gratuit, le crédit d’impôt est valable uniquement pour la résidence principale.

???????????????????????

Les dépenses visées pour le crédit d’impôt :

Le prix de la pose du plancher chauffant n’entre pas dans l’obtention de crédit d’impôt. D’ailleurs, la facture est exigée. Il est obligatoire qu’un professionnel attesté RGE prenne en main le travail d’installation du plancher chauffant. Seuls les équipements et les matériaux sont concernés par le crédit d’impôt. Les tuyauteries et les fournitures hydrauliques extérieures sont également exclues.
Selon la valeur ouvrant droit au crédit d’impôt, on peut conclure le montant de l’argent pour subvenir à l’acquisition des différents équipements. Le calcul de la prime est réalisé en appliquant un pourcentage entre le coût des équipements éligibles et le montant sur prix TTC de la facture de l’installation.

Quelles sont les conditions pour pouvoir bénéficier du crédit d’impôt ?

Pour que les matériaux et les équipements soient éligibles au crédit d’impôt développement durable, certaines conditions sont à considérer :
– l’étude de la conception, l’installation, la pose et la mise en œuvre du plancher chauffant doivent être accomplies par une entreprise professionnelle certifiée RGE. Cette entreprise a le devoir de respecter les démarches pour établir une facture précise et de donner une attestation fiscale ;
– le propriétaire de la maison doit obtenir son domicile fiscal en France ;
– l’intéressé doit être locataire, propriétaire, bailleur ou occupant à titre gratuit de l’habitation à laquelle on souhaite apporter une amélioration énergétique ;
utiliser le logement en tant que résidence principale seulement
– le logement doit être habité au moins depuis deux ans.
Dans le cas d’un immeuble collectif, on procède par quotité pour obtenir la subvention à l’achat des équipements communs.

Quel est le taux du crédit d’impôt octroyé?

Ce taux est toujours évalué à 30 %. Le calcul se base sur la somme des dépenses. Les 30 % de la dépense seront offerts par l’État.Les cinq dernières années, par exemple, pour une seule personne, ce montant est haussé jusqu’à 8 000 €, le double pour un couple et à chaque personne à charge, on doit ajouter 400 €.

Pour un bailleur qui décide de profiter du crédit d’impôt, toucher aux revenus fonciers  n’est pas permis.

Les caractéristiques pour une performance énergétique :

Ces critères ont été requis pour l’année 2015. Ils concernent les matériaux et équipements utiles pour le chauffage. Ces critères sont nécessaires pour l’obtention de subvention.

Les matériaux mis en question sont les appareils de chauffage et les éléments d’isolation comprenant les matériaux d’isolation thermique des parois opaques et d’isolation thermique des parois vitrées.

  • Les appareils de chauffage :

On parle du chauffe-eau solaire individuel et du système solaire combiné. Les capteurs solaires thermiques certifiés CST Bat ou Solar Keymark garantissent une meilleure performance.

Pour d’autres types de chauffage tels le bois et la biomasse, il faut surveiller la concentration moyenne en monoxyde de carbone. Elle doit est inférieure ou égale à 0,3 %. Par contre, le rendement énergétique reste normalement supérieur ou égal à 70 % avec un indice de performance inférieur à 2, au moins égal à 2. Pour la même source d’énergie, mais avec une chaudière inférieure à 300 kW, le rendement est au-dessus de 85 % si le chargement est automatique. Dans le cas contraire, ce rendement se trouve en haut de 80 % si le chargement est manuel.

Si vous optez pour la pompe à chaleur pour plancher chauffant, la valeur minimale de COP (coefficient de performance) est de 2.3. Selon le mode de fonctionnement de la pompe à chaleur, cette valeur est variable. Elle se situe en dessus de 3.4 comme dans le cas de la pompe à chaleur géothermique à capteur fluide frigorigène pour une température d’évaporation de -5°C et une température de condensation de 35°C, par exemple. Avec une pompe à chaleur aérothermique, si la température de l’air entrant à l’évaporateur est de 7°C, au condensateur l’eau à une température égale à 30°C et en sortira 35°C. Ces valeurs sont compatibles à un COP supérieur ou égal à 3,4.

  • L’élément d’isolation :

Pour les portes d’entrée donnant sur l’extérieur, la valeur de Ud doit être inférieure ou égale à 1,7 W/m².K. Concernant l’élément calorifugeage de tout ou partie d’une installation de production ou de distribution de chaleur ou d’eau chaude sanitaire, la valeur du R est supérieure ou égale à 1,2 m².K/W.

  • Les matériaux d’isolation thermique des parois opaques :

Si vous voulez isoler vos murs extérieurs en façade ou en pignon, la résistance thermique de l’isolant doit être supérieure ou égale à 3,7 m².K/W.  Dans les cas des planchers bas sur sous-sol, sur vide sanitaire ou sur passage ouvert, cette résistance doit est au-dessus de 3 m².K/W si pour les planchers de combles perdus cette valeur est de 7 m².K/W.Les valeurs respectives de cette résistance thermique pour les toitures-terrasses et les rampants de toiture et plafonds de combles sont supérieures ou égales à 4,5 m².K/W et 6 m².K/W.

  • Les matériaux d’isolation thermique des parois vitrées :

Les paramètres nécessaires pour juger la performance des matériaux d’isolation thermique des parois vitrées sont le coefficient Uw et la résistance thermique R. Pour les fenêtres ou portes-fenêtres PVC, Uw est inférieur ou égale à 1,4 W/m².K. Les bois, en revanche, ont un coefficient Uw≤ 1,6 W/m².K et celles qui sont métalliques, Uw est inférieur ou égal à 1,8 W/m².K. Les vitres sont également des éléments contribuant à une bonne isolation de l’habitation. Ils sont performants si le coefficient Uw est en dessous de 1,1 W/m².K.Par contre, si on double les fenêtres ainsi que le vitrage renforcé, alors son Uw reste plus grand que 0,32 W/m².K.

L’usage du crédit d’impôt fait appel à la performance des divers matériaux du plancher chauffant rayonnant électrique et de la maison.

Quoi qu’il en soit, le produit plancher chauffant de Euroradiant reste une alternative plus qu’intéressante par rapport aux crédits d’impôts. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à faire un saut sur ce site.

Cet article Crédit d’impôt plancher chauffant est apparu en premier sur EuroRadiant.